Attentats à Paris : l’hôtellerie doit faire front commun

Attentats à Paris : l’hôtellerie doit faire front commun

,

Le tourisme est un secteur qui pèse lourd dans l’économie française. Avec plus de 83 millions de touristes ayant foulé le sol français en 2014, la France reste la 1ère destination touristique au monde et ce même si elle n’est parfois qu’un pays dit de « transit ».

L’Ile de France, où tourisme d’affaire et tourisme culturel se côtoient, est la 1ère région touristique de l’Hexagone.

Ainsi, en 2015, la fréquentation hôtelière à Paris Île-de-France s’est élevée à 32,4 millions d’arrivées et 66,3 millions de nuitées (source CRT Paris IDF).

Cependant celle-ci s’est trouvée fortement impactée par les attentats du 13 novembre 2015. Selon une étude du cabinet de recherche MKG Hospitality parue le 19 janvier 2016, le coût des attentats perpétrés à Paris en novembre dernier est estimé à 270 millions d’euros pour le secteur de l’hôtellerie française.

Mais c’est l’hôtellerie parisienne, en première ligne directe, qui a le plus souffert. En effet, elle a déjà enregistré un manque à gagner de 146 millions d’euros les deux derniers mois de l’année 2015. La baisse des profits est notamment expliquée par une chute du taux d’occupation de l’ordre de 16% selon MKG Hospitality, avec une baisse atteignant les 22% pour la clientèle étrangère (source CRT Paris IDF). Il faut également prendre en compte la chute du revenu par chambre dans les hôtels parisiens durant cette période. Pendant les seuls mois de novembre et décembre à Paris le RevPar a chuté de 30%. (Revenu par chambre disponible, indicateur clef du secteur qui combine le taux d’occupation et le prix moyen payé).

Afin de se sortir du marasme, le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a annoncé le 1er mars 2016 que l’Etat allait investir 1 million d’euros supplémentaire dans les campagnes de promotion de la France à l’étranger portant ainsi le total de cette campagne à 2,5 millions d’euros. Les touristes étrangers hésitent en effet à revenir en France et parmi eux les japonais sont les plus réticents. Selon le directeur général d’Atout France Christian Mantel, le Japon a « enregistré une baisse de 30% de ses voyages touristiques vers l’Europe, et de 40% vers Paris ». La France est pourtant la 1ère destination européenne au départ du Japon malgré une situation fluctuante liée d’une part à des raisons démographiques (population japonaise vieillissante) et d’autre part à des raisons économiques (baisse du Yen par rapport à l’Euro). Pour expliquer le désamour directement liés aux attentas il est bon de rappeler que les Japonais sont très sensibles aux questions de sécurité. Et avec ce qu’il s’est passé à Paris, on peut sans difficulté imaginer d’où vient cette frilosité soudaine envers la France. Regagner leur confiance est donc primordial pour redynamiser le tourisme japonais, très important pour l’économie française. Le Japon est en effet la 1ère clientèle internationale en termes de dépenses à Paris Ile de France en 2014 avec 205 euros dépensés par jour et par personne (enquête CRT Paris IDF, ADP, SAGEB, SVD, COFIROUTE, SANEF, SAPN – BVA). On comprend aisément le souhait de voir revenir les touristes japonais le plus tôt possible en France, et notamment à Paris. Pour reconquérir cette clientèle très lucrative, de nombreuses actions ont donc été menées, marquant notamment l’association d’Atout France avec la JTA (Japan Tourism Agency) et la JATA (Japan Association of Travel Agents). Une autre association plus improbable a elle aussi vu le jour. En effet, la maire de Paris Anne Hidalgo et la présidente de la Région Ile De France Valérie Pécresse ont décidé de s’allier et d’entamer ensemble un voyage de 3 jours à la fin du mois de février 2016 afin de rassurer les Japonais quant à la situation en France. Le but de cette alliance entre deux femmes qui ne sont pourtant pas du tout du même bord : mettre les différends politiques de côté et travailler de concert afin de reconquérir les cœurs des japonais. Une belle leçon qui montre que face aux difficultés et à l’adversité, l’union fait la force et ce malgré les clivages qui peuvent exister.

Malheureusement les récents attentats qui ont touché Bruxelles le 22 mars dernier pourraient bien porter le coup de grâce aux différentes actions menées. En effet, le sentiment d’insécurité présent depuis les attentats de novembre 2015 à Paris n’a fait que croître suite aux événements tragiques qui ont frappé la capitale belge récemment ; pour preuve la mise en garde des citoyens américains par le département d’Etat. En effet ce dernier a diffusé une alerte le jour même des attaques afin de prévenir de « risques potentiels » pour ceux qui voudraient « voyager vers et à travers l’Europe après une série d’attaques terroristes ». Le département d’Etat affirme dans son alerte que « des groupes terroristes continuent de planifier des attaques à moyen terme à travers l’Europe, ciblant des événements sportifs, des sites touristiques, des restaurants et les transports » et appelle donc les citoyens américains à la plus grande prudence. Cette alerte, qui court jusqu’au 20 juin 2016 (soit 10 jours après le coup d’envoi de l’Euro 2016 organisé en France), pourrait donc bien avoir des répercussions sur le tourisme européen (la France en tête de liste).

Il est cependant trop tôt pour tirer des conclusions hâtives, d’autant que jusqu’à présent, les Américains restent fidèles à la France et ce malgré les attenants du 13 novembre 2015, comme en atteste le tableau de bord de décembre 2015 publié par l’Observatoire économique du tourisme parisien. Ce tableau de bord permet en effet, grâce à différents indicateurs, de suivre au plus près l’évolution de la conjoncture touristique parisienne. Et concernant le mois de décembre, les chiffres sont sans appel : malgré un recul généralisé des arrivées hôtelières à Paris en décembre 2015, les touristes américains enregistrent une hausse de +5,8 % de leurs arrivées par rapport à décembre 2014 (sources INSEE).

Les acteurs du tourisme français devront néanmoins rester vigilants dans les semaines afin de voir si l’alerte diffusée par le département d’Etat américain impacte les entrées en provenances des Etats-Unis. Anticiper une hypothétique baisse de la clientèle américaine afin de pouvoir réagir au plus tôt, reconquérir le cœur et la confiance des nationalités les plus frileuses comme le Japon, sont autant d’action à ne pas négliger.

Les attentats qui ont touché Paris le 13 novembre 2015 ont laissé des traces indélébiles. Et même si le temps adoucit les peines, rien ne pourra jamais effacer ce qui s’est passé. Face à l’adversité, quelle qu’elle soit, il faut rester solidaires et unis, car c’est cette union d’aujourd’hui qui fera notre force demain.

Crédit Photo : Louis Pellissier