Le tourisme à Paris dans l’impasse ?

Le tourisme à Paris dans l’impasse ?

,

 

Durement touchée par les attentats de novembre 2015 à Paris, puis de nouveau ébranlée par ceux survenus à Bruxelles en mars dernier, l’hôtellerie parisienne espérait pouvoir souffler un peu. Mais c’était sans compter sur les mouvements sociaux qui agitent actuellement la France. Et celle-ci voit une fois de plus son image écornée et ne parvient pas à faire remonter sa côte d’amour auprès des touristes et ce à quelques jours de l’Euro 2016. Ainsi, sur les quatre premiers mois de l’année, le revenu par chambre (RevPar), principale mesure d’activité dans l’hôtellerie, était en baisse de 12% à Paris, selon les chiffres de l’UMIH. Et la présidente de l’UMIH Paris Ile-de-France, Evelyne Maes, n’est guère optimiste pour les mois à venir, précisant que « les réservations pour l’été sont à ce jour en chute de 20% à 50% par rapport à la même période de 2015 ».

Le CRT Paris Ile-de-France, chargé d’assurer la promotion de la destination Paris et Ile-de-France, tire quant à lui la sonnette d’alarme. Son président Frédéric Valletoux estime que « les événements sociaux et les scènes de guérilla en plein Paris relayés dans le monde entier renforcent le sentiment de crainte et d’incompréhension des visiteurs dans un contexte déjà anxiogène suite à la prolongation de l’état d’urgence ».

En effet, la défiance chez les touristes étrangers reste forte, en particulier chez la clientèle japonaise, très sensible aux problèmes de sécurité et qui déserte tout bonnement la capitale. La baisse de la fréquentation des touristes japonais est estimée à -56% sur un an au premier trimestre 2016, tandis que celle de la clientèle russe connaît un repli de 35%, preuve que les Russes boudent également Paris et sa région. Quant aux Chinois (dont la fréquentation en 2015 avait connu une hausse spectaculaire de 49%), leur présence recule de 13,9%.

La situation est donc plus que préoccupante pour le CRT Paris Ile-de-France puisque les chiffres de la fréquentation ne permettent pas « d’espérer une sortie de crise à court terme ». Et Frédéric Valletoux d’enfoncer le clou en ajoutant que « c’est l’ensemble de la filière du tourisme de loisirs et d’affaires qui est pénalisé. L’enjeu en termes d’emplois est immense puisque 500 000 d’entre eux dépendent de ce secteur dans la région Ile-de-France ». Rappelons que la France est la première destination touristique au monde et que pour la capitale, le tourisme représente plus de 13% du PIB et contribue à près de 18,5% de l’emploi parisien (souce LePoint.fr).

Tous les espoirs reposent maintenant sur l’Euro 2016 à quelques jours de son coup d’envoi le 10 juin prochain. Près de 2,5 millions de visiteurs sont attendus pour ce grand rendez-vous sportif « dont la réussite doit montrer au monde entier notre capacité à organiser de grands événements » selon Frédéric Valletoux qui estime qu’« il est encore temps de sauver la saison touristique en mettant fin à ces blocages relayés dans le monde entier ».

Les autorités françaises ont décidé de se mobiliser dans le but de promouvoir la destination Paris et de rassurer les touristes étrangers. Ainsi, lors d’une conférence de presse organisée le 30 mai à la Tour Eiffel, symbole de la capitale, le maire de Paris Anne Hidalgo et le ministre des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault ont présenté une nouvelle campagne de promotion. L’objectif de cette campagne est triple a annoncé Jean-Marc Ayrault : «il faut redonner confiance aux touristes étrangers, les rassurer quant aux conditions d’accueil et de sécurité, il faut renforcer l’attractivité de Paris, et il faut mettre en valeur notre art de vivre et mettre en avant une image positive ». Cette campagne, qui se fera essentiellement sous forme d’affichage publicitaire estampillée du slogan « Made in Paris » est financée à hauteur de 1 million d’euros par l’Etat et de 800.000 euros par la Mairie de Paris et l’office du tourisme de Paris. Des partenaires privés et institutionnels, des professionnels du tourisme et l’organe de promotion Atout France apporteront également leur contribution. Le ministre a également réaffirmé son ambition d’accueillir en France « 100 millions de touristes étrangers d’ici 2020 » au cours de cette conférence de presse. Mais pour l’instant, l’objectif principal est de se concentrer sur cette année 2016 qui a bien mal débutée pour l’hôtellerie parisienne et de rectifier le tir.

Chez Majoris, nous nous sentons plus que concernés par ce climat morose. En effet, nous mettons un point d’honneur à accompagner nos partenaires hôteliers en maximisant leurs réservations directes sur Internet et en fidélisant leur clientèle.

Ainsi comme nous l’avons démontré dans notre étude de cas précédente, certains hôtels arrivent à tirer leur épingle du jeu grâce à des actions webmarketing pertinentes. Alors que les chiffres du cabinet In Extenso viennent de tomber et montrent que les performances du mois d’avril sont malheureusement en retrait avec en moyenne une baisse de 22% sur les 3 étoiles et de 18% sur les 4 étoiles, les 4 hôtels parisiens de notre étude enregistrent une hausse de leur chiffre d’affaires par rapport à N-1.

Et dans le contexte actuel, on ne peut parler ni de chance, ni de hasard…